Les furtifs

Publié le 29/07/2020

Ils sont l√† parmi nous, jamais o√Ļ tu regardes, √† circuler dans les angles morts de la vision humaine. On les appelle les furtifs. Des fant√īmes ? Plut√īt l'exact inverse : des √™tres de chair et de sons, √† la vitalit√© hors norme, qui m√©tabolisent dans leur trajet aussi bien pierre, d√©chet, animal ou plante pour alimenter leurs m√©tamorphoses incessantes.

Lorca Varèse, sociologue pour communes autogérées, et sa femme Sahar, proferrante dans la rue pour les enfants que l'éducation nationale, en faillite, a abandonnés, ont vu leur couple brisé par la disparition de leur fille unique de quatre ans, Tishka - volatisée un matin, inexplicablement. Sahar ne parvient pas à faire son deuil alors que Lorca, convaincu que sa fille est partie avec les furtifs, intègre une unité clandestine de l'armée chargée de chasser ces animaux extraordinaires.

L√†, il va d√©couvrir que ceux-ci naissent d'une m√©lodie fondamentale, le frisson, et ne peuvent √™tre vus sans √™tre aussit√īt p√©trifi√©s. Peu √† peu il apprendra √† apprivoiser leur puissance de vie et, ainsi, √† la faire sienne. Les Furtifs vous plonge dans un futur proche et fluide o√Ļ le technococon a affin√© ses prises sur nos existences.

Une bague interface nos rapports au monde en offrant √† chaque individu son alter ego num√©rique, sous forme d'IA personnalis√©e, o√Ļ viennent se concentrer nos besoins vampiris√©s d'√©coute et d'√©changes. Partout o√Ļ cela s'av√©rait rentable, les villes ont √©t√© rachet√©es par des multinationales pour √™tre g√©r√©es en zones standard, premium et privil√®ge selon le forfait citoyen dont vous vous acquittez.

La bague au doigt, vous êtes tout à fait libres et parfaitement tracés, soumis au régime d'auto-aliénation consentant propre au raffinement du capitalisme cognitif.

Source: Babelio

Bonne nuit maman'doline To√Ľte ronde et toute c√Ęline Quand tu jo√Ľes en sourdine

`Bonne nuit maman'dibule J'adore quand ta bouche m'embr√£sse et fait des b¬Ķlles

Bonne nuit maman'dragore qui fle√Ľrit en silence Car le silence e¬īst d'o~r

Bonne nuit maman'gouste ~Laisse moi r√™ve~r maintenant Fais moi un biso√Ľ et ou~ste !