Et les vivants autour

Publié le 23/03/2021

VoilĂ  quatre ans que l'ombre de Jeanne plane sur eux. Comme s'ils n'avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu'elle Ă©tait morte pour de faux.

Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l'existence de chacun ne tourne plus qu'autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongĂ© sur un lit d'hĂŽpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est nĂ©anmoins bien vivant. Les mĂ©decins appellent cela un coma, un Ă©tat d'Ă©veil non rĂ©pondant et prĂ©conisent, depuis plusieurs mois dĂ©jĂ , l'arrĂȘt des soins. C'est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l'Ă©poux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu'ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d'imaginer ce qui les attend. L'impensable est arrivĂ©. Le dilemme auquel ils sont confrontĂ©s est totalement insensĂ© et la famille de Jeanne, en apparence si soudĂ©e, commence Ă  se dĂ©chirer autour du corps de la jeune femme...

Dans la sĂ©rie des thrillers psychopathologiques familiaux, le livre peut ĂȘtre mis bien en Ă©vidence. Chacun des personnages est super bien dĂ©crit, avec son passĂ©, son histoire. On les aime, les apprĂ©cie, on s'identifie, s'en dĂ©tache. Au fur et Ă  mesure de l'histoire, on comprend de mieux en mieux les pourquois et comments (si, si, ça passe trĂšs bien au pluriel) de chacun d'entre eux, ce qu'ils ont fait ou pas fait depuis le drame. On dĂ©couvre les Ă©vĂšnements au fil des Ă©changes et des conversations, et ce qu'on pensera avoir compris ou dĂ©duit plus tĂŽt pour ĂȘtre totalement remis en question au dĂ©tour d'un chapitre.

Je parlais de "trampoline scénaristique" dans un précédent article. Je me permets de réutiliser le concept, tant les rebondissements sont nombreux.

Et je ne mangerai plus jamais d'omelettes aux champignons.