Firewatch

Publié le 17/06/2017

Premier jeu sur lequel j'ai le plaisir de passer un peu de temps depuis de Schtroumpf n°2. Plusieurs raisons qui m'on poussées vers celui-ci: les soldes d'été sur GoG et les avis de Coin-coin magazine. Premier walking simulator sur lequel j'ai l'honneur de poser mes gros doigts boudinés aussi. Le jeu parfait pour jeune père de famille: il se termine en 3 à 5h les doigts dans le pif e tconcentre toute sa force dans les dialogues plus que dans l'action (quasi) inexistante: l'essentiel des choix se fera souvent en un temps limité, en réponse à Delilah, le tout par radio interposée. Delilah, c'est la collègue d'en face, celle qui vous guidera entre vos différents objectifs et qui sera (presque) votre seul point de contact pendant les 79 jours de votre périple (un peu raccourci, quand même).

Pas mal de petits rebondissements aussi, mais c'est surtout dans sa dimension humaine que le jeu est prenant. En fonction des choix, les dialogues évoluent, votre caractère impreigne votre avatar et fait évoluer votre relation avec Delilah.

Au niveau des missions, c'est principalement du "rejoins X" ou "trouve Y": on reste rarement bloqué. Le reste du temps, on marche dans des décors super jolis, pratiquement sans musique, sauf à des moments clés.

Bref, une aventure sans stress, jolie, bien foutue, courte (et donc gérable avec deux Schtroumpfs), pas comme un jeu de rôles où il faut 40h de jeu pour passer un niveau.

Un chouette Ă©chappatoire, en somme.